DEVENIR UN GROUPE DYNAMIQUE ET ACTIF, MALGRÉ COVID !

Conseils pour dynamiser son GBU malgré les DAB en distanciel : contacts et chaleur se trouvent à l’extérieur !

Parce qu’il y a encore tout un monde à côté des écrans …

  • J’en ai maaaarre des restrictions, de ne voir quasi personne, de passer mon temps derrière les écrans
  • Cool, moi aussi et du coup je cherchais des gens avec qui me balader ; tu viens ? 
  • ah ouais mais je suis crevé là, et puis faudrait que je m’habille, puis bon …

Ça vous parle ? 

Que ce soit vous-mêmes ou d’autres GBUssiens autour de vous, je suis sûre que plus d’une fois vous avez été face à ce besoin de voir du monde, de retrouver le contact autrement qu’en visio … Mais qu’en même temps, l’idée de se lever et de se préparer pour y aller paraît insurmontable, épuisant mentalement. Non ? 

Paradoxe, efforts et errances

Ce paradoxe est vécu par bon nombre d’étudiants coincés depuis des mois derrière leurs écrans. Ce qui était naturel ou habituel devient effort, et la spirale pourrait faire peur. S’occuper de soi, c’est déjà si laborieux ces temps-ci …Vraiment. Alors devoir prendre en compte les autres ?  

L’effort à fournir pour retrouver le contact et rester actif en tant qu’étudiant, que groupe GBU, que témoin de Christ me rappelle celui nécessité quand on n’a pas fait de sport régulièrement pendant des mois, et que soudainement, on tente de s’y remettre (ça marche aussi pour toute pratique artistique ou de langue étrangère). Le plus dur ? Commencer et persévérer les premiers temps. Mais comme on se rend compte que malgré les courbatures, ça nous fait plus de bien que de mal, que ça nous permet de nous sentir mieux et pas seulement physiquement, alors on s’accroche et on continue. Et ça devient de moins en moins fatigant. Evidemment, il ne s’agit pas de passer de rien à tout, mais de parsemer de bouffées d’air les semaines et mois passés derrière les écrans pour les cours, le GBU, etc.

Si pendant les confinements, on a repris goût et profité à fond des mini-libertés qui nous restaient (errer dans les rues sans but, découvrir des endroits insoupçonnés, croiser un ami …), pourquoi, quand nous en avons à nouveau davantage, laissons-nous à nouveau une certaine routine nous en éloigner ? 

Se concentrer sur le permis plutôt que sur l’interdit

Avec le couvre-feu, nous ne pouvons pas vivre nos GBU hebdomadaires en présentiel. Mais … est-ce que nous ne pouvons pas nous voir / rendre visibles pour autant ? 

Si ! Parce que nous avons les week-ends, nous avons les vacances. Alors, si vous n’avez pas basculé vos DAB en week-end, profitez de ceux-ci et des vacances pour vivre la rencontre entre GBUssiens et … amis / co-résidents de cité U, etc. 

Que ce soit pour le moral, la concentration, la créativité, le corps … SORTIR régulièrement est important, et c’est encore plus efficace quand c’est en balade plutôt qu’en mode course entre deux lieux. Dieu nous a donné des sens qu’il est bon aussi de maintenir aiguisés, or sentir les arbres ou l’herbe mouillée le permet ! On ne peut plus faire en présentiel d’événements spéciaux “à l’ancienne” (Dialogue Veritas, Marc l’Expérience, soirée crêpes etc.). Mais nous pouvons très bien rencontrer les GBUssiens de demain et parler de la foi, de Dieu, de sa création, des questions apologétiques lors de balades !

Ne pas se cantonner à un format

Sortir et se voir, c’est aussi se rappeler que si notre vie est bouleversée, elle n’en reste pas moins à vivre pleinement selon les moyens qui nous sont donnés. C’est aussi se donner les moyens d’être à nouveau à l’écoute de Dieu et de recevoir ses bénédictions, plutôt que de sombrer dans un monologue de lamentations. 

Revenir dans sa ville d’études une journée de week-end ou quelques jours pendant les vacances, c’est aussi garder un lien avec ce qu’on y a laissé, c’est saisir l’occasion de rencontrer l’un puis l’autre pour des temps de détente/discussions (y compris avec nos amis non-chrétiens, qui seront marqués par ce témoignage d’effort fourni et de volonté de garder un réel lien) ou de prières. En fait, les possibilités restent nombreuses (simple promenade, rallye-photo, etc.) ! 

Gagnant-gagnant !

Et surtout … si ça vous fait du bien à vous, ça fera AUSSI du bien à ceux qui vivront ce temps avec vous, que ce soient les autres GBUssiens ou tous les autres étudiants que vous pourriez inviter… et qui pourraient ensuite être tentés de rejoindre vos GBU !

Nous ne maîtrisons pas les circonstances … Alors faisons le choix de ne pas simplement les subir, mais de plutôt les saisir !

You may also like...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *