Vos amis au GBU (5) : Le non-chrétien vient régulièrement au GBU mais… rien ne se passe !

C’est le dernier volet de notre série. Un non-chrétien (un ami ou un inconnu) vient régulièrement au GBU mais… rien ne se passe ! D’un côté, c’est plutôt une bonne chose que des étudiants reviennent sans être forcés et restent en prenant du plaisir au contact des GBUssiens et de la Parole de Dieu ! Cela prouve de le groupe est efficace, que l’amour chrétien transparaît. Mais d’un autre côté, on peut être étonné qu’il puisse exister un juste milieu entre répulsion agressive et adoration, on peut se demander comment le contenu biblique peut laisser indifférent sur le moyen terme !

Examinons donc les causes possibles d’une telle situation :

Nous avons à faire à un mystique pur. Il trouve aussi intéressante l’idée qui dit « blanc » que l’autre idée qui dit « noir » et il ne se sent pas obligé de choisir entre les deux ! Dans ce cas, il faut prendre des passages plus difficiles à entendre dans lesquels Dieu « tranche dans le vif » et prier pour ça le fasse réagir.

Le message n’est pas clair. Pour que quelqu’un soit interpellé par le message de l’Évangile, il faut qu’il soit au courant qu’il y a un problème (l’Homme ne peut pas plaire à son Créateur à cause du Péché) pour accepter la solution (Jésus). Il y a des fois où l’on attend une réponse alors qu’on n’a pas formulé de question claire, il y a des fois où l’idée que l’on fait passer ressemble beaucoup à un message humaniste, très éloigné des enseignements « révolutionnaires » et à rebrousse poil des Écritures.

Pas d’expression = pas d’ennuis. Imaginez que vous alliez dans un groupe plutôt sympa, qui dit des choses certes intéressantes mais quelque peu bizarres. Quand vous y retournez, par intérêt et par plaisir, vous n’avez peut-être pas envie d’envoyer des signaux qui pourraient susciter des attentes trop pressantes de la part de vos hôtes… surtout quand vous commencez à comprendre qu’il y a un choix à faire entre 2 modes de vie radicalement différents ! En clair, l’impassibilité peut être une protection.

100% remis en question, cheminement en cours ! On ne sait pas ce qui se passe dans la tête d’une personne. Avant que le déclic de la repentance ou de l’endurcissement se fasse, il faut avoir assimilé les enjeux du paradigme biblique, il faut en avoir compris les incidences sur sa propre vie. Or, à ce niveau, personne ne va au même rythme ! Les facteurs sont bien trop nombreux pour tenter de donner un rythme normatif au cheminement d’un individu ! La seule chose à faire est donc de persévérer dans l’annonce de l’Évangile avec amour et vérité.

Pour finir, il ne faut surtout pas oublier que notre non-chrétien a aussi des choses à nous apporter ! Par ses questions, ses réponses, il stimule notre réflexion, il nous sort peut-être d’une certaine pensée unique (dans laquelle on donne les bonnes réponses à des question prévisibles et convenues), il nous force à répondre de manière créative et adaptée, il nous émerveille en comprenant très vite un point que nous avons mis des années à assimiler… Et si Dieu nous édifiait au travers de ce pas-encore-chrétien qui n’en finit pas de l’être ? Et s’il se servait de lui pour nous sortir de ce ronronnement quotidien qui anesthésie la réactivité spirituelle qui devrait nous caractériser ?

 

You may also like...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *