Vos amis au GBU (3) : Un GBU efficace

Ça y est ! Vous êtes heureux ! C’est le grand jour : vous avez suivi les conseils des articles précédents, du coup un de vos camarades a accepté de venir au GBU !!! Mais maintenant que vous êtes en situation, vous avez une petite appréhension et avez du mal à avoir l’air détendus. Va-t-il aimer ? Les GBUssiens vont-ils avoir l’air sympa, crispés ou lourds ? Le texte du jour sera-t-il accessible ? Voici quelques conseils pour qu’une rencontre GBU plaise à vos connaissances qui ne connaissent pas la Bible.

  • Un groupe préparé à l’accueil. Un bon GBU est un GBU au sein duquel on se sent bien dès le départ, un GBU dont l’atmosphère transpire l’amour, la simplicité et la chaleur chrétienne. Il ne faut donc pas qu’on y trouve une ambiance de groupe de jeunes, de fac de théologie ou de ring de boxe sur fond de repli identitaire. Il ne faut pas non plus que votre pote trouve devant lui des jeunes se complaisant dans un fonctionnement hermétique et qui pâlissent devant le premier non-chrétien qui pénètre dans leur petit univers aseptisé ! Si vous voulez être prêts au bon moment, il vous faut avoir un état d’esprit tourné vers l’extérieur. Mettez-vous à la place de quelqu’un qui ne connaît rien de nos codes, de notre jargon, de nos traditions, quelqu’un qui ne sait pas s’il va tomber sur des étudiants normaux, des fous-furieux, ou des coincés. C’est déjà assez intimidant pour lui sans que nous soyons obligés de mettre des barrières supplémentaires, non ? Bannissez donc de vos réunions tout ce qui pourrait être incompréhensible ; rendez la foi chrétienne accessible !

  • Une vraie découverte de la Bible. Découvrir ce gros bouquin est plutôt impressionnant pour un néophyte ! Votre mission est donc de lui montrer à quel point la Parole de Dieu (dans notre jargon) est belle, pertinente, actuelle et surtout précieuse pour connaître Dieu et son Salut (dans notre jargon, toujours). Privilégiez donc des textes qui présentent des vérités simples et essentielles, ne laissez jamais un « gros mot » inexpliqué. Vous savez, les mots comme « péché », « saint », « sacrifice » et autres concepts qui seront à coup sûr mal interprétés ! Mais, bien sûr, je ne peux pas parler de bien étudier la Bible sans vous parler de la méthode OIA ! Observation – Interprétation (ou compréhension) – Application sont les maîtres-mots d’une Discussion Autour de la Bible réussie. Si vous ne connaissez pas cette méthode, regardez cette vidéo d’explication.

  • Tout ne se joue pas en une seule fois ! Si vous ne voulez pas faire vivre un cauchemar à votre visiteur, intégrez bien ce conseil. Parce qu’à trop vouloir bien faire, on aurait tendance à vouloir expliquer l’Évangile en 10 minutes et à exiger une conversion dans la demi-heure ! Prenons notre temps, s’il vous plaît, pour que la dégustation ne tourne pas à l’indigestion ! Il va falloir plusieurs séances autour de la Bible pour que votre ami commence à y découvrir les vrais enjeux pour sa vie. Un cheminement avec le Seigneur va de manière progressive ; d’ailleurs nous sommes loin d’avoir terminé le nôtre…

  • Tout dépend du Seigneur, alors pas de pression ! D’accord, vous devez travailler à mettre toutes les chances de votre côté pour que le contact non-chrétien – Bible s’établisse de la meilleure manière. Mais n’oubliez jamais que son acceptation de l’Évangile ne dépend pas de vous. N’oubliez pas que vous êtes des serviteurs sans mérite, que Dieu n’a pas besoin de vous pour se révéler et qu’il se sert même de vos défauts pour faire passer son message.

La prochaine fois, nous verrons comment faire revenir votre ami au GBU.

 

You may also like...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *