Vos amis au GBU (4) : Faire revenir votre ami au GBU

Quand votre camarade a assisté à sa première séance au GBU, vous l’avez bien observé et, ô joie, il a suivi les débats avec attention, il a même ri à une ou deux blagues ! En tout cas, il n’a pas eu l’air de s’être ennuyé, il n’a pas vomi de dégoût après… on peut dire que cette réunion ne lui a pas fait de mal ! Vous pourriez donc vous dire que vous avez fait votre boulot et vous endormir tranquillement sur vos lauriers… mais assister à une seule petite réunion GBU n’a sauvé que très peu de monde !!! Il faut donc qu’il revienne pour en savoir plus, mais comment faire si l’on ne veut pas être lourd et insistant ?

  • Lui demander son avis : Souvent on a peur de savoir ce que l’autre pense vraiment, peur d’approfondir les impressions qu’il a eues, les critiques et compliments qu’il émet. Pourtant il est essentiel d’intégrer son avis pour nous améliorer d’une part, mais aussi pour lui montrer qu’il sera le bienvenu pour la prochaine fois.

  • Le ré-inviter ! Déjà, il faut bien communiquer qu’il peut revenir quand il veut. Ensuite il ne faut pas hésiter à dire « tu viens ce soir ? », ça ne mange pas de pain !

  • Varier les plaisirs. Ne pas se focaliser uniquement sur la « réunion normale » en voyant qu’il ne se précipite pas pour y revenir ! N’oublions pas que l’on peut toujours proposer d’autres événements comme les soirées « sas » (crêpes, noël, raclette, jeux,etc.) ou des conférences qui pourront lui (re)donner l’eau à la bouche.

  • Lui créer des soirées sur mesure. Pourquoi ne demande-t-on pas aux non-chrétiens de nous aider à faire le « menu » du GBU ? Si nous voulons les intéresser, il serait peut-être judicieux de choisir LEUR sujets préférés.

  • Il y a des fois où ça ne fonctionne pas : ambiance GBUssienne qui ne lui a pas plu, il a vu mais n’a pas envie d’en savoir plus ou il est éparpillé dans de multiples activités, « over-booked »… Il faut donc accepter que c’est pas gagné, que c’est pas tout de suite. Et justement, c’est exactement pour ça qu’il faut…

  • Prier pour lui, seul et en GBU. Qui décide de la réussite de votre entreprise de sauver vos amis ? Qui accomplit le miracle de nous utiliser pour changer des vies, de se servir de nos faiblesses ? Qui, par sa seule volonté souveraine, peut convaincre votre ami ? C’est l’Éternel, le Seigneur des armées célestes ! Comment espérer le moindre progrès dans la vie de notre entourage si nous ne Le prions pas ?

La prochaine fois, nous parlerons du cas cocasse du non-chrétien qui vient régulièrement au GBU mais … rien ne se passe !

 

You may also like...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *